Agriculture urbaine

Nous proposons des ateliers sur différents thèmes autour des merveilles de la nature !

Public

En famille

Non Sco

Scolaire

TAP

Afin de dépasser les crises actuelles (climatique, ressources, économique et financière, démographique), nous devons, comme dit Andre Gorz, ‘produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons’. Ce rééquilibrage entre production et consommation à travers des circuits courts locaux ne pourra pas se faire sans des changements de modes de vie, d’habitation et de travail et sans l’implication active des citoyens dans ces changements à travers des pratiques collaboratives et des réseaux de solidarité.

Nous, associations et habitants balnéolais, avons donc l’objectif de renforcer le tissu social et d’évoluer vers une culture plus en lien avec notre environnement. Des nombreuses dynamiques existent déjà à Bagneux et nous souhaiterions les développer et les connecter, sous forme d’une agrocité (dont le nom est encore à définir). Par ailleurs, la ville de Bagneux s’est engagée récemment dans un partenariat avec l’association Atelier d’Architecture Autogérée (AAA) et les associations pour la mise en place d’une synergie autour de cette question d’économie sociale et solidaire. Vous pouvez retrouver le compte rendu du Conseil Municipal le stipulant (page 46 et suivants) ici et les autres projets et mises en place d’AAA ici

L’agrocité de Bagneux se répartie en trois projets :

  • Pôle agricole

Il existe de nombreux espaces à Bagneux ayant pour objectif de favoriser l’apparition de pratiques sociales et collectives liées à l’environnement et/ou à l’agriculture urbaine. Il s’agit de jardins partagés et d’espaces verts qui mériteraient d’être mis en connexion, car ce sont des lieux de rencontre et de partage.

Il s’agit par exemple des potagers de Bagneux, des jardins optimistes, du potager Gueffier et celui de la Régie de quartier, du clos des Brugnauts, de l’Amap, de la Ruche qui dit oui, des friches écologiques de la Lisette et des Monceaux, mais aussi d’espaces (de la jardinière au terrain de quelques centaines de m²) qui seront investis au fil du temps pour y installer des ruches, des poulaillers, des moutons, des incroyables comestibles, des composts et récupérateurs d’eaux, des serres, des toilettes sèches, des cultures verticales, d’autres potagers collectifs…

Un site supplémentaire est mis à disposition par la mairie et via AAA, l’Atelier d’Architecture Autogérée afin de créer jardins partagés, cuisine collective et d’autres projets, dont vous pouvez être partenaire. Il se situe derrière le gymnase Romain Rolland, au 23 rue de la Lisette. Si vous souhaitez participer à ce projet (qui en est encore à sa création), venez nous rejoindre : bagneux.environnement@gmail.com

       

  • La Re’cyclade

Bagneux Environnement s’engage en faveur d’une meilleure gestion des déchets.

Dans une société de consommation du tout jetable et de produits à courte durée de vie, il est important d’en faire comprendre les conséquences et de changer les comportements en proposant des outils et des lieux appropriés permettant de mener des actions de réparation. Sans oublier de sensibiliser la population et surtout les plus jeunes aux problèmes liés à la surconsommation, au gaspillage de matières premières et d’énergie.

Nous nous associons donc avec la Régie de Quartier afin de mettre en place une recyclerie dénommée la Re’cyclade. Le projet est inscrit au PLU (Plan Local d’Urbanisme) et une étude de faisabilité a vu le jour en année 2015. La Re’cyclade se veut comme acteur local de la gestion et du réemploi de ressources : les déchets de certains sont de formidables matières premières pour d’autres.

Il s’agit aussi de développer du lien social en étant un lieu d’échanges, de rencontres, de convivialité et de conseil. Créer une idée de dynamique de recyclage et de récupération est dans l’air du temps. Il s’agit donc de mettre en avant une démarche originale en proposant d’une part la revente d’objets réparés à très bas prix et d’autre part la création d’une galerie d’art présentant des œuvres, à vendre, issus de matériaux de récupération.

Il s’agit d’investir plusieurs espaces afin de réparer, recycler, réaliser de nouveaux objets et d’initier de nouvelles pratiques urbaines éco-responsables : il y aurait un lieu de stockage des matériaux et d’outils, des ateliers de réparations, un lieu d’exposition et une boutique.

Il existe déjà la bricothèque de la Régie de quartier, les répar’vélos du C.R.A.C. par exemple.

  • Pôle culture

Dans ces lieux, nous souhaitons également avoir des espaces conviviaux avec une cuisine et bibliothèque mobiles, des salles de rencontre, de projection et de travail. Ce sont des lieux actifs de solidarité, d’éducation populaire, d’échanges de savoirs.

Les lieux déjà en place sont les locaux du C.R.A.C., le PPCM, les CSC, la médiathèque, le théâtre Victor Hugo, le foyer de jeunes travailleurs, l’espace Marc Lanvin.

Mais qu’est ce que c’est les arbres et à quoi ça sert ?

Ils captent la pollution, libèrent de l’oxygène, rafraîchissent les étés trop chauds et coupent le vent d’hiver, sont importants pour les oiseaux, diminuent le stress des citadins, sont beaux… Ils sont aussi les seuls capables de remplir les nappes phréatiques*.

Bref, ils n’ont que des qualités, alors pourquoi les couper?

*C’est le seul organisme vivant sur terre qui est capable de prendre l’excédent d’eau de pluie, de l’envoyer le long de ses racines (Record d’enracinement 150 m sous Chêne par exemple), dans lequel il va absorber tous les éléments nutritifs, et d’emmener cette eau pure dans la nappe phréatique. Claude Bourguignon

Les arbres balnéolais font partie du patrimoine arboré. Notre association souhaite sauvegarder les arbres de la commune.

Février 2015

Pétition, lancée par V. Gazeilles, conseiller général des Hauts de Seine, canton de Clamart : gazeilles.net/foretT10

Le site de remisage et de maintenance du tramway Antony-Clamart pourrait détruire un important espace forestier situé à Chatenay-Malabry. Ceci alors qu’un autre site adapté existe au Plessis-Robinson.

Pourtant, le 09/02/15, lors de la commission permanente tenue à huis clos, le Conseil général des Hauts-de-Seine a validé le schéma de principe du futur tramway Antony Clamart (T10).

http://www.gazeilles.net/forum/